Rechercher
  • Toulouse is AI

CONF#3 : HUMAIN, MACHINE & IA, COMMENT REPENSER LES LIENS ?

Mis à jour : mars 2

Le lien entre la puissance de calcul des ordinateurs et la créativité des êtres humains interroge actuellement tous les parties prenantes de la réflexion sur l’IA. Le 17 septembre 2019 Toulouse is AI a donné la parole à celles et ceux qui pensent et produisent l’IA dans les domaines de la maintenance prédictive, de l’éthique, de l’aide à la décision par l’image et de la sociologie.

Dans le grand amphithéâtre de TBS, plus de 200 personnes ont participé à cette rencontre, signe que l’intelligence artificielle intéresse un public de plus en plus large.

Intelligence artificielle, diagnostic et maintenance prédictive dans l’industrie


Détecter les signes avant-coureurs des pannes dans les phases de production industrielle est un enjeu important pour l’industrie qui peut ainsi de dégager du temps de production et donc des économies considérables. Continental Automotive France travaille ainsi avec le Laas-CNRS et l’Institut interdisciplinaire en intelligence artificielle Aniti sur des solutions de diagnostic automatique. Louise Travé-Massuyès, directrice de recherche Laas-CNRS et responsable de la chaire de recherche Aniti « Transformations synergiques dans le diagnostic basé sur des modèles et le diagnostic basé sur des données » explique ses enjeux de recherche dans une double perspective qui combine une approche à partir de modèles

et une approche à partir de données.



Depuis plusieurs années Louise Travé-Massuyès mène un projet de recherche avec Nathalie Barbosa Roa, data scientist and big data engineer Continental Automotive France. Le projet s’intitule MINDS pour Manufacturing bigData Science et Nathalie Barbosa Roa explique le deep learning n’est pas la seule technologie que l’on peut utiliser en matière d’intelligence artificielle.



Au cours des deux dernières années, Continental Automotive a réalisé des économies conséquentes grâce aux premières solutions de maintenance préventive, des économies de l’ordre de 100 000 euros en 2017 et de 230 000 euros 2018.

Dans cette perspective d’hybridation homme-machine, Nathalie Barbosa Roa précise que l’IA n’est pas destiné à «remplacer l’humain. De nombreux aspects éthiques sont à considérer et dans le projet Minds, il s’agit plus simplement d’améliorer la qualité des produits et d’arriver à une production plus optimisée ». La chercheuse explique d’ailleurs qu’il ne suffit pas de disposer d’une solution scientifiquement parfaite pour qu’elle soit efficace dans l’industrie




Occitanie Data prépare la première charte éthique de l’IA

Toulouse et l’Occitanie veulent se positionner fortement sur l’IA et les données. Bertrand Monthubert, conseiller régional de la région Occitanie et président d’Occitanie Data travaille à la préparation d’une charte éthique. Les discussions, y compris via des panels citoyens, vont être lancés dans les prochaines semaines. La charte sera destinée à développer un espace de confiance pour l’économie de la donnée. Occitanie Data qui est l’association de préfiguration d’un pôle de l’économie de la donnée en Occitanie estime que l’éthique constituera un levier positif au développement de l’intelligence artificielle et non pas un frein économique. Selon Bertrand Monthubert « les termes du RGPD ouvrent des possibilités qui restent vagues et qu’il faut préciser ».


Data science, intelligence artificielle et cloud : comment créer le jumeau numérique d’une infrastructure industrielle

Thomas Nicholls CMO de Delair, a expliqué les nouvelles orientations de l’entreprise. Delair qui s’est positionnée sur le marché des drones professionnels estime en effet que le vrai marché se situe désormais au-delà des solutions matérielles. L’entreprise se positionne comme fournisseur de solutions de gestion de données visuelles. Une solution de bout en bout, de l’acquisition de données et d’images au traitement par l’IA pour extraire des informations, les interpréter et aider à la décision.


Thomas Nicholls a pris l’exemple de secteurs économiques qui peuvent tirer bénéfice de l’IA, en tant qu’aide à la décision pilotée par l’humain.


L’IA et la théorie du centaure. Comment tirer parti de la puissance de calcul des ordinateurs et de la créativité des êtres humains ?

Le sociologue Yann Ferguson, docteur en sociologie à l’Icam à Toulouse et chercheur associé au CERTOP-CNRS travaille sur les effets pressentis de l’IA sur le travail. Il a évoqué la nécessité de promouvoir une « citoyenneté technologique » et il a détaillé « la théorie du centaure »


Yann Ferguson a également évoqué la question de l’éducation. Il estime que nous devons changer l’éducation : passer d’une « éducation taylorienne » à une éducation de l’intelligence artificielle où « poser la bonne question sera vu comme la marque d’une personne instruite »



Prochain événement de Toulouse is AI, le samedi 16 novembre 2019

Toulouse is AI participe à l’après-midi spécial IA de Futurapolis en partenariat avec Le Point.


À 14h – « La France contre le reste du monde : peut-on lutter dans la course à l’intelligence artificielle ? » avec Bertrand Braunschweig, directeur de coordination du programme national de recherche en intelligence artificielle et Christel Fiorina, directrice de projet IA au sein de la Direction Générale des Entreprises


À 14h40 – « Intelligence(s) et bio inspiration : ce que les neurosciences apportent à l’IA » avec Magaly Alonzo et Alexia Audevart, co-autrices de « Apprendre demain – Quand l’intelligence artificielle et neurosciences révolutionnent l’apprentissage »

La suite du programme de Futurapolis à découvrir ici : https://www.futurapolis.com/conferences/

160 vues

TOULOUSE IS

AI

  • Linkedin
  • Twitter
  • Facebook

SOUTENU PAR

©COPYRIGHT ATHOME 2020